Réponse au mail gratuit 1

Nov
2012
16

Ecrit par dans la rubrique blog, réponses au mails gratuits

Pas de commentaire

 Être « attachés » l’un à l’autre

Voici le premier mail que nous avons reçu dans le cadre de notre offre de lancement. Nous l’avons anonymé et nous vous remercions chaleureusement de nous accorder votre confiance. 

J’ai soixante ans et je suis veuve depuis cinq ans. Je ne voulais pas me remettre avec quelqu’un mais depuis six mois j’ai rencontré un homme. Au début c’était clair que je ne voulais pas vivre avec lui. Mais nous nous voyons tous les jours et je m’attache à lui de plus en plus. J’ai des sentiments forts pour lui. C’est arrivé au point que je stresse quand il part le soir, j’angoisse je me sens mal sans lui, j’ai peur de le perdre. Je ne sais pas pourquoi je n’ai jamais été comme ça avant, je ne comprend rien a ce qui m’arrive. Je suis même obligée de prendre des médicaments que me donne mon médecin traitant. 

Notre réponse :

Vous commencez par évoquer la perte de votre époux il y a cinq ans. Vous ne comptiez pas trouver quelqu’un qui vous soit cher par la suite, vous vous y étiez en quelque sorte résolu. Pourtant c’est arrivé, vous avez eu des sentiments et avez noué une nouvelle relation. Vous ne vouliez pas qu’elle prenne autant d’importance mais en même temps que vous luttiez contre vos sentiments, ceux-ci prenaient de l’ampleur. Ainsi aujourd’hui votre corps et vos sens vous mettent en alerte lorsque votre ami n’est plus là et c’est peut-être une façon de signer une contradiction entre votre attachement à son égard et vos résolutions passées ainsi que les freins que vous tentez peut-être encore de mettre à la relation. 

Pour en revenir au deuil que vous évoquez. Le changement de vie qu’il implique est profond et difficile. On assiste dans notre société à une augmentation du nombre de personnes qui restent en difficultés suite à la perte d’un être cher. Des éléments sociaux qui pourraient l’expliquer sont la déritualisation du deuil et notre révolte contre la mort. Nous sommes dans une quête effrénée de la repousser par la maîtrise technologique.  Selon la psychologie cognitive ( orientation théorique scientifique) la personne en couple organise sa conduite et son monde intérieur en fonction de son compagnon (Wegner, 1986). Celui-ci absent provoque des conflits dans la gestion de soi, de ses activités et de ses relations. Ces conflits peuvent être si importants, mettre les personnes dans une telle insécurité qu’elles peuvent chercher à renouer très vite une relation amoureuse ou au contraire tenter de conserver à tout prix les habitudes du couple. Peut-être que cela amène à sauter certaines étapes nécessaires à ce que cela se passe au mieux. Le nouveau compagnon prend une place très différente du précédent. Cela peut créer des difficultés, faire resurgir des angoisses. Pour prévenir ce risque ou tenter d’y remédier, il faudrait alors procéder à un remaniement de son fonctionnement, de son monde intérieur afin de tout à fait tenir compte de l’absence du défunt et d’être au claire sur la place du nouveau compagnon dans sa vie. Pour cela il est parfois nécessaire d’être accompagné par un professionnel.

Dans la mesure où le stress que vous ressentez perturbe votre qualité de vie, vous empêche de vivre en cohérence avec vos valeurs, je vous propose de me contacter afin de vous accompagner. Nous reviendrons sur l’origine de votre souffrance actuelle. Grâce à nos échanges me permettant de mieux vous connaitre et de mieux connaitre la situation, je serais plus en mesure d’intervenir pour vous aider. Parfois les solutions pour lesquelles on opte seul participent à maintenir la situation et parfois même à l’empirer. Nous ferons le bilan des solutions que vous mettez déjà en œuvre, voir en quoi certaines sont à favoriser quand d’autres sont à modifier. L’objectif est de parvenir à actualiser les solutions que vous mettez en oeuvre vers des solutions plus adaptées.
 Nous vous souhaitons bon courage et sommes à votre disposition quand vous le souhaiterez.

Vincent Ollivier, psychologue de Cyberpsy

Référence :

Wegner, D.M., (1986) Transactive memory: A contemporary analysis of the group mind. In B. Mullen & G. R. Goethals (Eds.), Theories of group behavior (pp. 185-208). New York: Springer-Verlag.

Poster un Commentaire

deux + 3 =