Notre Diagnostic psychologique

diagnostic avec marqueur biologique

Dans quel but faisons-nous un diagnostic psychologique ?

Nous faisons un diagnostic psychologique quand la demande (d’une personne, d’un couple ou d’une famille) concerne l’arrêt d’une souffrance aggravée. En effet, il s’agit de trouver ou écarter un éventuel trouble mental exacerbant la souffrance. Dans ce but, nous nous référons à la psychopathologie. C’est une discipline de la psychologie. Elle rassemble les données sur les causes, le cours et les traitements possibles des troubles mentaux. Donc elle est requise pour la pertinence et le succès d’une psychothérapie.
Plusieurs approches existent en psychopathologie (comportementale, cognitive, developpementale, psychanalytique, etc…). Nous faisons notre spécialité de l’approche comportementale contextuelle décrite au bas de l’article. En outre, notre savoir des disciplines parentes renforce notre  savoir-faire diagnostique. Enfin, dans certains contextes administratifs ou juridiques nous pouvons être mandatés pour un avis d’expert.

Et le psychiatre, ou le médecin généraliste ?

De son côté, un psychiatre confère une valeur légale au diagnostic. Il peut attribuer le statut de « maladie » au trouble mental. En effet, il est habilité à poser un diagnostic médical car il est médecin. Le recours au médecin et/ou psychiatre (en France) est aussi nécessaire pour le statut de handicap. De plus, il détermine si un traitement psychotrope est adapté. Certains médecins généralistes prescrivent des psychotropes. Nous coopérons avec médecins généralistes et psychiatres suivant l’accord et le besoin du patient.

Identifier un trouble mental avec le DSM

Diverses façons de considérer les troubles mentaux mènent à divers répertoires (nosographies). Le répertoire « de base », le plus souvent cité est le DSM : Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. La version actuelle est DSM-V nous abrégeons à DSM. On y trouve une description de l’épisode dépressif majeur, le trouble d’anxiété généralisée, les troubles de la personnalité etc… Cependant cette approche est critiquée pour sa vision essentialiste (Van der Linden, 2016). L’essentialisme est ici lié à une vision biologique voire génétique des troubles mentaux. En effet les diagnostics du DSM essaient de nommer les troubles mentaux  comme si on pouvait les scinder en entités distinctes. Comme s’il s’agissait de différents organismes ou protéines exprimées par des gènes.

Origine biologique des troubles mentaux ?

Dans ce sens, des recherches ciblent d’éventuels marqueurs biologiques des troubles mentaux. L’intérêt pour le psychiatre est de pouvoir adapter des traitements psychotropes. Les médicaments psychotropes vont cibler des mécanismes biologiques de la maladie mentale. Le psychiatre peut informer à propos de la balance bénéfice/risque en fonction de chacun. Parfois il est utile de lier une psychothérapie avec un traitement psychotrope.

Des causes génétiques ?

Selon nous, il est important de faire preuve de prudence quand on évoque des causes génétiques ou héréditaires. En effet, cela a tendance à accroître les préjugés et les discriminations sociales (exemple du racisme chez l’humain). Mais à l’inverse, la reconnaissance et l’acceptation de différences peuvent encourager des progrès de société. C’est possible à condition de ne pas prendre la différence pour plus qu’elle n’est. Par exemple, l’autisme suscite beaucoup de controverses. Historiquement cela devait nommer une psychopathologie. Puis l’influence de combinaisons de gènes et l’observation de différences au niveau du cerveau ont été questionnés. Aujourd’hui il est vu dans le mouvement de la neuro-diversité comme une condition neurologique atypique,  avec ou sans trouble.

Limites de ce réductionnisme

Un risque de l’approche DSM est l’aspect réducteur. C’est à dire faire correspondre des personnes avec des cases diagnostiques (trouble A => traitement A). Au contraire elle peut aussi les en écarter (ne correspond ni à A ni B ni C => traitement inconnu). Le problème est de négliger le contexte social, la subjectivité et la singularité des personnes. De plus, la controverse pointe le manque de validité de plusieurs catégories et/ou leur faible fidélité test-retest (Van der Linden, 2016). Derrière l’aggravation des souffrances, il y a souvent un trouble mental. Mais parfois des souffrances semblables à celles décrites dans le DSM dépendent de causes environnementales (ex: intoxication) ou de la culture (ex: le deuil). Le DSM  nomme en fait avant tout des groupes de symptômes. C’est davantage l’indice d’aggravation de la souffrance que l’indice d’un trouble mental.

Depression majeur

Par exemple, le diagnostic dans le cas de la dépression majeur comporte plusieurs limites (Van der Linden, 2016) : 1. Premièrement, la catégorie serait dimensionnelle, c’est à dire pas une case mais une échelle. 2. Ensuite, il y a hétérogénéité des profils (plus de mille profils trouvés), sans mode prédominant (pas plus de 2% présentant le même profil). 3. Puis, les symptômes considérés interchangeables ne le sont pas car n’ont pas les mêmes conséquences. 4. Enfin, les circonstances de vie (perte, séparation…) influencent le profil.

comorbidites

De plus lorsqu’on pose un diagnostic DSM, il est souvent accompagné d’un autre, on parle de comorbiditée. C’est comme si le virus de la grippe et la bactérie de l’angine blanche attaquaient régulièrement ensemble. Cela pose alors la question de racines communes : insalubrité des conditions de vie, inadaptation du système immunitaire etc… CQFD : La racine commune des troubles mentaux devrait être mentale par définition.

Psychosomatique et/ou charlatanisme

Entre parenthèse, les charlatans prétendent pouvoir traiter des maladies avec des moyens sans rapports avec des causes vraisemblables. Néanmoins, les processus psychologiques (ex: l’attribution de responsabilités optimiste/pessimiste), à des moments clés, peuvent influer sur le stress, le système immunitaire et ainsi sur la survenue et le cours de maladies biologiques. Par ailleurs, il existe aussi des troubles d’apparence somatique ayant des racines psychologiques : par exemple des paralysies sans correspondance avec l’organisation anatomique. Cela renforce l’importance de la coopération entre médecin et psychologue. Nous nous se référons à des causes différentes mais étudiées scientifiquement.

Vers une vision psychologique de la souffrance

Nous pouvons comparer la souffrance aux émotions. Bien que des patterns  (colère, joie, tristesse, peur, dégoût) puissent être identifiés et nommés, la complexité de notre vie se réduit rarement à une seule émotion et à la façon dont elle est définie stricto-sensu. Il est souvent intéressant d’écouter les pensées à propos du contexte, les souvenirs et de faire décrire les sensations, les pulsions, les réactions et les actions en plus des émotions, pour mieux comprendre ce qu’une personne vit. Quand nous disons « comprendre » nous voulons dire que nous pouvons en saisir la logique et la cohérence. Nos évènements psychologiques sont enchevêtrés et nos souffrances avec.

Nommer et normaliser la souffrance

Les termes DSM peuvent aussi nous offrir une chance ! Si ces termes diagnostics nous servent à qualifier une maladie indépendante elle est de facto à abattre. Mais nous pouvons utiliser ces termes pour désigner une souffrance aggravée. En réalité une souffrance (aggravée ou non) peut se rapporter à un ensemble d’événements psycho-logiques (exacerbés ou non). En effet, souvent le contexte et l’histoire de la personne donnent sens à la souffrance et à son évolution.

D’autre part, nous utilisons aussi l’approche des schémas infantiles précoces (J E. Young) pour identifier et nommer une dizaine de thèmes de souffrances évoluant avec la personnalité : Abandon, Manque affectif, Méfiance/Abus, Abnégation etc…

Percevoir Les relations avec la souffrance

En conséquence, nommer la souffrance aide à percevoir et se distancier de ses composants. Cette distance nous rend capable  d’observer et choisir la lutte ou la paix. Par exemple : compte tenu de mes échecs «La Dépression » me dit ce que je devrais faire et me blâme de ne pas le faire. Je peux observer la différence entre lutter contre « la dépression » éviter, fuir ou m’en distancier, selon le contexte. La souffrance nait, se maintient ou change du fait de nos relations avec elle. Ces relations font appel aux processus psychologiques. L’approche transdiagnostique de la psychopathologie les met en évidence.

Identification d’une psychopathologie avec l’approche transdiagnostique

L’approche transdiagnostique est illustrée ci-dessous. Des processus psychologiques (ruminations, contrôle de l’attention, tendance à l’évitement, impulsivité…) déterminent les troubles mentaux.
D’abord les facteurs biologiques, sociaux et circonstanciels (facteurs distants)  affectent les processus mentaux. Par exemple : vivre un échec, des brimades régulières ou avoir un tempérament anxieux peuvent conduire à des ruminations.
Ensuite, les processus mentaux engendrent le trouble mental. Par exemple : Les ruminations peuvent engendrer dépression et/ou anxiété généralisée.

Figure 1. Modèle de la détermination des troubles psychopathologiques de Kinderman et Tai (2007)

ACT et Flexibilité psychologique

La psychothérapie ACT (Hayes, Strosahl et Wilson, 1999) nous amène à une utilisation adaptative de nos propres processus mentaux.
Avec l’ACT, la souffrance n’est pas l’anomalie. Elle est le produit de processus normaux. Cependant notre gestion des processus psychologiques (Flexibilité psychologique) peut nous échapper. Nous pouvons nous retrouver coincé dans un mode inadapté de comportements. La flexibilité psychologique peut nous échapper de différentes façons. Par exemple : Nous n’apprenons pas assez à manier cette flexibilité dans notre vie par rapport à l’ampleur des tempêtes à traverser. Autre exemple : Nous n’entretenons pas notre flexibilité, traversant une période de calme, et nous sommes pris par surprise dans la tempête !

Dans ce paradigme nous avons une santé mentale. La flexibilité psychologique en représente une part. Nous pouvons apprendre à l’entretenir, la soigner et éviter des souffrances inutiles.

Un Exemple De Tendance à l’évitement

La peur et le dégoût des araignées est héritée. La tendance d’éviter (processus) était peut-être une réponse adaptée associée à la peur il y a des milliers d’années. En effet, la présence d’araignée signalait sans doute un danger d’insalubrité. Dans le contexte actuel éviter les araignées est avantageux à court terme car cela permet d’éviter une peur/dégoût  pénible. Cependant il n’a pas d’intérêt adaptatif puisque nos habitats ont évolués et les araignées sont inoffensives. De plus, cela peut être un inconvénient à long terme. Quand la personne se préoccupe de la présence d’araignées cela peut l’empêcher de vivre pleinement sa vie. En conséquence, la déception et la négativité viennent s’ajouter au fardeau. Puis, nos mécanismes d’apprentissages accentuent la tendance à l’évitement. Les  problèmes continuent. La balance atout/défaut peut constituer un piège. Le piège se resserre peu à peu…

voir aussi figure : Maintien de la détresse émotionnelle de Barlow

Notre conclusion pour l’identification de troubles mentaux

Nous proposons d’intégrer et dépasser les noms des souffrances. C’est la part  visible de l’iceberg. Pour la part immergée nous faisons un diagnostic de la flexibilité psychologiques. Parce qu’elle peut être en cause dans un trouble mental.

Comment se déroule un diagnostic psychologique ACT-RFT ?

Avec l’approche ACT nous évaluons 6 processus en contexte : acceptation/évitement, fusion/défusion cognitive, soi concept/soi contexte, attention sur le moment présent/hyperfocalisation, identification de valeurs/déconnexion des valeurs, action engagée / réaction. Nous affinons cette évaluation grâce à  l’usage clinique de la théorie des cadres relationnels (RFT ou TCR ; Hayes, Barnes-Holmes & Roche, 2001 ; Villate, Villate & Hayes, 2019) sous tendant l’ACT. Cela consiste à repérer à travers le langage les processus a l’œuvre.

à suivre…

Référence la plus pertinente pour cet article :

Van der Linden, Martial. « Chapitre 1 S’affranchir du DSM ou d’une vision essentialiste des problèmes psychologiques », Jean-Louis Monestès éd., L’approche transdiagnostique en psychopathologie. Alternative aux classifications nosographiques et perspectives thérapeutiques. Dunod, 2016, pp. 9-32.

Cyberpsy, qu’est ce que cela signifie ?

cyberpsy

Cyberpsy l’étymologie

Cyberpsy ou cyberpsychologie sont des mots composés de préfixes d’étymologie grecque :
– « Cyber » venant du grec « Kubernêtikê »signifiant gouvernail, pilotage
– « Psy » venant du grec « psukhê » signifiant âme

Le sens de psy

Cependant la psychologie est une science visant à prédire le comportement de l’individu ou d’un collectif. Cela ne traite pas de l’âme (philosophie), ni de l’organisme (biologie), ni de l’espèce (éthologie). Nous tentons de comprendre le monde de l’individu morceau par morceau, dimension par dimension. Ces dimensions sont par exemple : la personnalité, l’apprentissage, le développement, le rôle social, la mémoire, les émotions, les représentations sociales, l’influence, l’activité etc…

Le sens de cyberpsy

La cybernétique se veut être la science des mécanismes auto-gouvernés et du contrôle. La connotation  de « cyber » renvoie à l’usage de l’ordinateur et des nouvelles technologies en général. Mais ce n’est pas seulement cela. En effet, j’ai découvert la cybernétique en me penchant, sur la question des croyances à propos du « Contrôle de soi ». Alors, j’ai réfléchi à mes propres croyances. J’ai cherché à me fonder sur quelque chose de plus solide. C’est dans un ouvrage de philosophie écrit par D.C. Dennet (la théorie évolutionniste de la liberté) proposant une thèse de la compatibilité entre libre-arbitre et déterminisme que j’ai découvert la cybernétique.  J’ai ensuite été passionné par ses retombés en terme d’approche épistémologique et en psychothérapie (école de Palo Alto).

Conséquence sur notre pratique

L’approche de psychologie comportementale contextuelle que j’utilise le plus aujourd’hui et une de ses application la thérapie d’acceptation et d’engagement ACT met au cœur de ma pratique la notion de choix et de flexibilité. Nous expérimentons la possibilité de piloter sa vie vers ce qui compte pour nous, en apprenant l’acceptation des émotions et à prendre du recul par rapport aux pensées.

Une citation

L’empereur et philosophe Marc Aurèle aurait dit : « Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre. »

 

 

Emotions, un conseil pour mieux les gérer

les émotions et leur équipe

Je reviens d’un atelier de formation de thérapie où les émotions sont centrales. C’est la thérapie d’acceptation et d’engagement. Mon but est d’aider les personnes à solutionner rapidement leur problème alors je me munis d’outils qui ont fait leur preuves.

Une émotion ne vient pas seule.

Si c’est quelque chose de si puissant, parfois si déboussolant, c’est parce que c’est toute une équipe ! C’est ce que nous ont suggéré Kirk D. Strosahl et Patricia J. Robinson qui sont parmi les fondateurs de la thérapie d’acceptation et d’engagement et fondateurs d’une approche très brève de cette thérapie.
Revenons à notre équipe !
Imaginez-vous la puissance dégagée lors d’une mêlée au Rugby ? Plus les joueurs sont soudés, bien associés les uns aux autres, plus ils sont forts face à l’équipe adverse ! On peut difficilement les distinguer les uns des autres dans cette masse et énergie colossale.

Êtes vous l’adversaire de vos émotions ?

Avez vous tendance à vous placer tout seul face à une équipe de costauds bien soudés à votre émotion ? Êtes vous bousculé, tout petit, comme le ballon au milieu de la mêlée menaçante ? Est-ce qu’au contraire vous vous placez sur le banc de touche ? Comment vous situez vous dans la partie ?
Et si vous observez la situation comme si vous êtes l’espace entier du terrain de rugby ? Cela vous permet d’accueillir la mêlée mais aussi le ballon, les arbitres, les supporteurs… de plus vous êtes de la partie sans être affecté plus que nécessaire par le match qui s’y déroule. Chacune des émotions vous touchent comme les pas des rugbyman foulent le sol du terrain. Toutefois de ce point de vu vous n’avez pas à intervenir, pas à favoriser une équipe ou l’autre. Car le terrain gagne sa renommée d’avoir vu de beaux match se dérouler, d’avoir offert le meilleur cadre possible pour cette rencontre comme vous pouvez offrir une place à vos émotions et leurs équipiers. Je crois bien que cela fait de vous un être humain, un être vivant !

Pour trouver cet espace d’accueil et d’observation c’est un entrainement !

Notez régulièrement avec curiosité ce qui se présente sur votre terrain en terme de :
E, Emotions
S, Sensations
P, Pensées
A, Associations
S, Souvenirs
Regarder si faire cela peut vous aider à devenir le terrain de vos émotions plutôt qu’être emporté dans la mêlée.

De façon général il est plus pertinent de commencer avec des émotions d’intensité faible à modérée, c’est un apprentissage.

Exemple d’apprentissage pour créer l’ESPAS :

j’ai tendance à avoir le vertige (intensité modérée), hier soir, je suis monté jusqu’au toit d’un clocher surplombant la ville pour avoir un point de vu magnifique sur les alentours. Alors pendant que je montais je notais ce qui se passait en moi et dans ma tête avec cette idée de leur faire une place, de leur permettre d’être là, de leur permettre de jouer leur jeu sur mon terrain :

Emotions : Ah voilà de la Peur, et aussi de l’anxiété de la peine
Sensations : Ha voilà le Cœur qui bât et aussi le vertige, sensation d’oppression sur la cage thoracique, respiration qui accélère
Pensées : Ha ma tête me raconte que Tout ça ne m’a pas l’air très solide et aussi que je pourrais être maladroit et tomber ou ça pourrait casser
Associations : Ha c’est ce bavardage dans ma tête à propos duquel La hauteur c’est dangereux qu’il faut être fou pour marcher la dessus
Souvenirs : Ha et c’est cette histoire lorsque J’ai déjà failli tomber de très haut lors d’une ballade en montagne qui me revient

Cet espace m’a permis de ne pas dramatiser plus que nécessaire la situation et en même temps que je faisais cela, j’avançais.

Cependant si vous restez en difficulté avec des émotions intenses avec lesquelles vous vous sentez coincé je vous invite à me contacter.

Psychologue, 5 qualités pour son action

psychologue

Le psychologue est utile en mettant ses compétences au service de la personne. Les points 1 et 2 précisent le cadre de son action.  Il peut obtenir de l’efficacité grâce aux recherches scientifiques et expérimentales dans son domaine. Les point 3, 4 et 5 mettent en avant les apports de la scientificité en psychologie.

La psychologie peut être défini comme l’ensemble des sciences cherchant à prédire le comportement humain individuel ou collectif (action, pensée, émotion, sensation..).

1. Un titre de psychologue à protéger :

Il ne s’est pas autoproclamé. Le psychologue est un professionnel avec une formation reconnue par l’état, il a validé une licence et un master en psychologie, nécessaires à l’usage du titre.

Il actualise régulièrement sa formation scientifique. Il peut faire état d’un ensemble de connaissances en psychologie et les mettre en perspective. Il peut citer ses sources et justifier de leur pertinence. 

2. Une direction claire  :

Il n’a pas de solution toute faite ni irremplaçable. Il vise avant tout le respect des personnes et de leur autonomie.

Il donne aux personnes les informations permettant de comprendre les services qu’il propose. Il propose des contextes favorisant le respect et l’autonomie de la personne.     

3. Un recul libérateur :

Il n’a pas à séduire, convaincre ou embrigader à une quelconque vérité. Il a été formé à considérer les affirmations ou croyances avec ouverture et distance mesurée.

Il s’appuie sur les faits, il y confronte des hypothèses réfutables.

4. Des compétences fondées et flexibles :

Il ne réfère pas son action selon le hasard ou selon une volonté surnaturelle. Il peut ajuster avec responsabilité ses propositions selon leur meilleure chance d’être en cohérence avec les personnes.

Il tire ses compétences d’expériences reproductibles.

5. Des moyens de précision :

Le psychologue ne s’en tient pas seulement à son jugement personnel. Il peut évaluer de façon fidèle et cohérente certaines dimensions psychologiques et leur évolution à l’aide d’outils.

Il évalue à partir de données observables.

 

 

 

 

 

 

 

Le cerveau de votre enfant

 

Je souhaite partager avec vous cet ouvrage écrit et illustré d’éducation positive. Les auteurs sont l’un expert en psychiatrie l’autre en psychologie. Leur approche est basée sur les données issues des recherches scientifiques.

J’ai aimé trouver dans ce livre bien plus qu’un ouvrage destiné à l’éducation des enfants. C’est un véritable manuel proposant des expériences pratiques à mettre en oeuvre aidant à devenir une personne clé dans l’éducation des enfants et aussi à devenir une personne clé pour soi-même. Un point négatif est l’absence de citation des références scientifiques.

La première leçon « se connecter (à l’émotion) et rediriger » est celle qui m’a semblé la plus pratique de mon point de vu de thérapeute. En acceptant activement la réalité du moment présent cela ouvre un univers de possibilités. C’est en quoi les auteurs expliquent que les crises et les erreurs que nous commettons en tant que parents sont des opportunités d’évolution.
Vous pouvez trouver sur internet des résumer de ce livre mais il me semble qu’il vaut vraiment la peine d’être lu dans son intégralité afin de bien saisir les enjeux de chaque leçons et l’intention qui dirige leurs applications.

Psy, devenons tous des psy !

psy sorcier

Je souhaite vous proposer une perspective pour traiter des distinctions entre psy, psychologue, psychiatre, psychothérapeute et psychanalyste… liste à laquelle on peut ajouter psychopraticien, psychosomaticien, psychogénéalogiste et pourquoi pas psychomancien, astrologue, cartomancien, voyant, gourou, chaman, mentaliste etc…

Tous des psy !

Pour résumer ma pensée, je crois utile d’accorder sa confiance à des professionnels reconnus par l’état…

 Vous le comprendrez, ma formulation « tous des psy » est quelque peu ironique et vise à éveiller la prudence éventuellement le scepticisme. Vous pouvez en faire l’expérience vous-même, personne ne vous arrêtera si demain vous souhaitez ouvrir un cabinet de consultation « psy » ou « -logue » ou encore « -path ». Pour reprendre une célèbre formule : « Le « psy » ne s’autorise que de lui-même ». Préparez un petit coin tranquille. Décorez le de livres et d’idoles si vous souhaitez y donner un air intellectuel et chaleureux ou peignez le tout de blanc et d’uni si vous préférez donner un air de sérieux ressemblant au milieu scientifique et médical. Vous pourrez y échanger avec vos patients ou clients selon comment vous les appréhendez. Ajoutez une petite dose d’affirmation de soi et ça y est vous voilà lancé… Il n’est pas simple de repérer un professionnel compétent dans la myriade de professionnels désignés par un « nom » non protégé par la loi. Ces « noms » ont des contours mal définis. Un « nom » non protégé, rien n’est obligatoire en terme de formation et d’expérience professionnel pour se l’attribuer par exemple « psychanalyste » ou « cartomancien » même si des formations ou écoles privés existent prétendant pouvoir attribuer ces « noms ».

Plus simple pour se repérer, les titres de « psychologue » de « psychiatre » ou de « psychothérapeute » sont protégés par la loi. Il est obligatoire de justifier d’une formation avec un diplôme d’état ou reconnu par l’état. Ce sont des professionnels de santé ou attenant à la santé pour le psychologue qui intervient également dans d’autres domaines.

Des consultations oui mais à quel prix ?

Lorsque nous faisons le tour des tarifs et possibilités de remboursement des « psy » nous obtenons vraiment tout ce qu’il y a de possible et d’imaginable. Les possibilités de remboursement intégral en institution les rendent inégalables financièrement mais votre thérapie et thérapeute dépendra presque seulement de l’institution. Il sera donc peut-être plus difficile de trouver un professionnel qui puisse être en cohérence avec vos besoins et votre demande. Chercher un psychologue en libéral vous ouvre un large choix de thérapies et de thérapeutes ainsi qu’une disponibilité et une flexibilité inégalable. Vous pouvez souvent obtenir des tarifs adaptés à vos moyens si vous en parlez avec le psychologue.

Dans les deux cas de figure être vigilent peut vous faire gagner du temps. Pointer des objectifs et poser des limites concrètes et réalistes avec le thérapeute pourrait être indispensable pour rendre la thérapie cohérente avec votre demande.

 Comment choisir sa thérapie ?

Tout comme pour le préfixe « psy », le nom des thérapies n’est pas protégé par l’état mais ici aucune ne fait exception. Au delà des appellations de thérapies vous pouvez recherchez dans le style du thérapeute.

Par exemple un thérapeute empruntant une démarche scientifique sera plutôt méthodique. En effet un thérapeute plutôt scientifique se base sur un corpus de recherche solide, a une attitude apparentée à celle d’un chercheur en posant des hypothèses et en s’y confrontant et évalue sa pratique méthodiquement. L’approche scientifique de la thérapie doit vous permettre de comprendre ce qui se modifie concrètement au cour de la thérapie de manière observable et mesurable.

Efficacité des thérapies en ligne

 Le développement récent des activités de psychothérapie par téléphone et par internet suscite l’intérêt des chercheurs et donne lieu régulièrement à de nouvelles études.

Une étude portant sur la différence entre thérapie par téléphone ou en face à face a été menée en Angleterre et l’article publié récemment (Hammond, et al., 2012). 

L’étude a mobilisé une population de 39 227 personnes. Les statistiques ont porté sur les scores de groupes équilibrés au sein de cette population. En voici le principal résultat : Les chercheurs n’ont globalement pas trouvé de différence d’efficacité selon que la thérapie ait eu lieu par téléphone ou en face à face. Il s’agissait d’une étude portant sur la thérapie comportementale et cognitive. C’est une thérapie où les personnes procèdent avec leur thérapeute à des entraînements psychologiques (confrontation progressive à sa peur par exemple) dans le but de mieux réguler ses pensées et émotions. 

Consulter l’article (source anglophone)

Une étude portant sur la différence entre thérapie en ligne et thérapie en face à face a également été publié par une équipe de chercheur de l’université de Leipzig et de Zurich en 2013. Les résultats vont dans le même sens que la précédente. Toutefois la thérapie en ligne aurait tendance à avoir des effets sur du plus long terme.

Consulter l’article  (source anglophone)

Sur Cyberpsy nous pensons que l’avantage de la consultation psychologique en ligne est avant tout la simplicité et l’accessibilité.